Bad Boys For Life … Enfin !

Le duo de flics le plus badass de Miami revient après 17 années d’absence et presque sans Michael Bay !

Aucun fan de cinéma ne peut nier que Mike Lowrey et Marcus Burnett forment le duo de flics qu’il ne faut pas faire chier, le plus célèbre du cinéma. À coups d’explosions et d’aventures aussi percutantes que drôles, c’est un réel plaisir de les retrouver dans ce troisième opus.

Un Bad Boys sans Bay

Le monde du cinéma est en émoi … Le troisième volet de la saga Bad Boys n’a pas été réalisé par Michael Boom Boom Bay. Trahison ? Pas sûr … à la place nous avons un duo de réalisateurs belges. Des mangeurs de frites avec kébab d’une trentaine d’années prennent les reines de la suite d’une des plus grosses machines à succès de Hollywood.

badboysforlife2
Bad boys, bad boys
Whatcha gonna do, whatcha gonna do
When they come for you (…)

Scandale ou révélation ?

Soyons tout de suite honnête, cette suite est incroyablement bien réalisée. Le côté spectaculaire et explosif est devenu plus nuancé et un peu moins présent. Rassurez-vous, ça explose quand même, Michael a laissé du C4 et du TNT à ses successeurs. Et même si le style Bay n’est pas là, les ralentis et les images iconiques que nous connaissons sont bien présents. Nous sommes dans la franchise Bad Boys, pas de problèmes là-dessus.

Cette suite, un peu moins axée sur l’action, permet d’offrir à nos héros un développement personnel plus accentué et plus profond. Naturellement les personnages féminins sont aussi plus présents que dans les deux précédents films. Le côté macho est passé au filtre #MeeToo et l’ambiance s’en trouve plus moderne et plus agréable à regarder.

Bad Boys For Life est une révélation. Les réalisateurs belges se montrent plus qu’à la hauteur. Pourtant, passer derrière Boom Boom Bay, n’était pas aisé. Ils réussissent l’essai du film d’action haut la main et ajoutent même leurs empreintes avec une histoire surprenante et plutôt très bien pensée. Admirable !

Trop vieux pour ces conneries

Le parallèle avec Riggs et Murtaugh de L’Arme Fatale est facile à faire, puisque Marcus prend sa retraite, alors que Mike se croit toujours aussi fort et irrésistible. Pourtant, ce dernier va finir par se faire rattraper par son âge et son passé, pour enfin se questionner sur sa vie et ses choix.

Les nouveaux personnages qui constituent la nouvelle équipe de choc sont plutôt bien mis en valeur. L’interprétation globale du film est vraiment au top et l’humour de cet opus semble même être monté de plusieurs crans. Martin Lawrence a un pouvoir comique incroyable, même avec quelques kilos en trop, il sait être hilarant sans jamais verser dans le grotesque. Will Smith quant à lui est fidèle à son personnage, mais son âge et sa maturité permettent de rendre cette histoire bien plus authentique. Bravo Mickael Mike !

On zappe ou on matte ?

Celui qui a dans l’idée de zapper, ou plutôt de ne pas aller au cinéma, pour cette suite est prié de quitter cette page sur-le-champ ! Bad Boys avec Michael Bay de toute façon, c’est une institution ! Un putain de film d’action comme on les aime avec des acteurs incroyables au talent sans concession. Alors on se bouge le cul et on va le voir ! Sinon j’envoie Michael s’occuper de votre voiture …


Acerbien

  • Retrouver nos Bad Boys
  • Découvrir des réalisateurs très prometteurs
  • Suite ouverte !

Acerbad 

  • Mort d’un personnage important …

  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

  • Date de sortie : 22 janvier 2020
  • Réalisation : Adil El Arbi, Bilall Fallah
  • Scénario : Chris Bremner
  • Distribution : Will Smith, Martin Lawrence, Vanessa Hudgens, Theresa Randle, Joe Pantoliano
  • Genre : Action, policier
  • Durée : 124 minutes

Brille en société !

Cette suite a été à de très nombreuses reprises à deux doigts de ne pas se faire. La faute à Michael Bay qui souhaitait imposer énormément de choses, dont un salaire astronomique. Mais également à Will Smith qui exigeait, lui aussi, un salaire tellement important, que le budget entier du film s’en trouvait déstabilisé.

Au final, les départs de Michael Bay pour Six Underground et celui de Joe Carnahan pour divergence artistique, ont laissé la place à un duo de réalisateurs aux dents longues. Et au final, c’est tant mieux !


Podcast

Cette critique est également disponible en podcast audio : Podcasts


Bande annonce VF officielle

Un commentaire, une réaction, une indignation ?