Ça : Chapitre 2

Sa – de

Derry, Maine, 2016 : Grippe-sou n’est pas mort et il veut que ça se sache. Et rien de tel qu’une petite balade « digestive » au bord de la rivière pour rappeler aux 7 losers des eighties que ça fait quand même 27 ans que, dans l’ombre, il peaufine son maquillage distingué et aiguise ses chicots ultra-bright. Mais Mike Hanlon n’a pas oublié la promesse que le groupe des paumés a faite en 1989 : tuer Grippe-sou s’il devait revenir.

Qu’on se le dise d’emblée, Ça 2 contient quelques scènes d’horreur bien senties qui feront sursauter le plus calme des apnéistes tibétains. C’est probablement là la seule et unique force de la suite tant attendue du chef d’œuvre de Stephen King (qui cameote comme au bon vieux temps). On retiendra particulièrement ces deux scènes où Andy Muschietti (réalisateur du premier opus, plus inspiré) zombifie ce légendaire bûcheron du folklore américain (Paul Bunyan) et où il met en scène Maman Grippe-sou qui vous fera définitivement porter un regard différent sur mamie et ses après-midis gâteaux.

Si le film prend un malin plaisir sadique à jouer avec les peurs et le sang-froid du spectateur, il devient souffreteux dans les temps morts, plombé par des dialogues qui mettent à mal notre patience comme Grippe-sou cette petite ville de Hawkins, euh pardon de Derry.

Malheureusement, les adaptations de romans de Stephen King sont coutumières de ces longueurs. À la différence du succès de ses nouvelles sur grand écran (Les Evadés, Stand by Me), ses romans-fleuves se prêtent davantage au format série dont le tempo et le découpage semblent bien plus appropriés (Le Fléau, 22.11.63).

Après Le Roi Lion et Dumbo, Disney réadapte Là-haut…

Mention spéciale au jeu d’acteur de Bill Skarsgärd dont les mimiques terrifiantes dessinent, en creux, la pauvreté du reste du casting, au premier rang duquel Bryce Dallas Howard, qui fait ce qu’elle peut – donc pas grand chose – pour avoir l’envergure de Jessica Chastain (ou le contraire)

Une petite pensée enfin pour tous ces cirques chez qui la tendance veggan a déjà fait supprimer les animaux surexploités (enfin, « supprimer», vous voyez quoi, non parce que…). Impossible aujourd’hui d’évoquer les clowns Bozo et Krusty sans susciter peur et effroi chez les plus jeunes d’entre nous (les moins de 60 ans en somme). On pourra toujours proposer à ces vénérables artistes circassiens de traverser la rue pour trouver du boulot ou d’aller faire quelques animations Pôle emploi me direz-vous.

Et les enfants dans tout ça ? Bah, Joker sort dans quelques jours sinon…

Acerbomètre :

  • Date de sortie : 11 septembre 2019 (2 h 50)
  • Réalisation : Andy Muschietti
  • Distribution : Bill Skarsgärd, James McAvoy, Jessica Chastain
  • Genre : 99 Luftballons

Brille en société !

La numérologie occupe une place importante dans l’œuvre de Stephen King. Les 27 ans espaçant les apparitions de Grippe-sou correspondent étrangement à l’âge des artistes appartenant au funeste club des 27 (Jimi Hendrix, Janis Joplin, Amy Winehouse…). De là à voir un signe délibéré…

Bande annonce VO officielle

Un commentaire, une réaction, une indignation ?