Code 8 : Amell-Back

Le retour des cousins Amell dans un film traitant de personnes avec des super-pouvoirs … judicieux casting !

Après sa mort remarquée dans Arrow pour l’un et les échecs successifs de deux productions Netflix pour l’autre, les cousins Amell se réunissent de nouveau pour nous offrir une réjouissante aventure sur fond de super-héros.

On vous connait !

Stephen Amell, alias Arrow/Oliver Queen depuis 2012 dans l’univers DC, est à 38 ans un acteur à la carrière déjà longue comme le bras. Totalisant 25 séries télévisées et plus de 11 films à cette heure. Son cousin Robbie Amell, 31 ans, n’a vraiment pas à rougir à côté et surtout, lui, a déjà eu des super-pouvoirs ; dans les séries The Tomorrow People et The Flash, où il y croise d’ailleurs son cousin. Mais c’est surtout en tant qu’agent Miller dans X-Files, pour seulement trois épisodes, que ses qualités d’acteurs sont révélées au grand public. Je pourrais aussi citer les deux films Scooby-Doo de 2009 et 2010, mais son interprétation de Fred n’était pas vraiment transcendante.

Code numéro combien ?

Code 8 nous transporte dans un monde futuriste où la présence policière est très … présente. Le générique de début nous fait revivre l’histoire du monde moderne avec l’apparition de personnes avec des super-pouvoirs, puis leurs stigmatisation … Tiens, exactement comme dans l’introduction du film Watchmen de Zack Znider. On va dire que c’est un joli clin d’œil.

code82
– Tu as ton badge du FBI ?
– Tu as ta capuche verte ?

Les gens dotés de super-pouvoirs doivent avoir un permis pour les utiliser, sinon, ils sont considérés comme hors-la-loi. Notre héros du jour, Connor Reed, veut simplement pouvoir travailler et avoir suffisamment d’argent pour faire soigner sa mère atteinte d’un cancer. Bien sûr ces super-pouvoirs seront plus un handicap qu’autre chose et la police ultra-militarisée avec des robots armés veille sur cette population marginale. Devinez comment on appelle un délit commis par un « super » ? Un code 8 ! Inutile donc de raconter la suite, vous l’avez tous deviné.

La réalisation est assez propre et bien rythmée, le scénario bien que simpliste se laisse parfaitement regarder et pour couronner le tout, les Amell nous offrent une prestation crédible tout en nuances et en émotions. Les effets spéciaux sont plus que corrects et l’histoire est globalement bien foutue.

On zappe ou on matte ?

On est loin du film SF de l’année. Mais selon Netflix, il était dans le top 10 en France au moment où je l’ai regardé, merci le confinement ! Il est vrai que ce film est parfait pour un après-midi pluvieux ou un dimanche en mode pyjama. Donc, laissez-vous tenter …


Acerbien

  • Amell bien !
  • Réalisation top
  • Histoire intéressante

Acerbad 

  • Aucune prétention

  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

  • Date de sortie : 2019
  • Réalisation : Jeff Chan
  • Scénario : Chris Pare
  • Distribution : Robbie Amell, Stephen Amell, Sung Kang
  • Genre : Thriller, science-fiction
  • Durée : 98 minutes

Brille en société !

Code 8 était un court métrage à petit budget de 2016. Ce court-métrage était à la base une grosse bande-annonce du réalisateur canadien Jeff Chan afin de faire financer son film. Notons aussi que les cousins Amell étaient déjà de la partie à l’époque avec leur compatriote réalisateur.

Le financement du film provient de fonds participatifs via le site Web Indiegogo. À la surprise générale, Jeff Chan qui cherchait à obtenir cent mille dollars a au final obtenu rapidement un million pour se terminer aux alentours de deux millions.


Podcast

Cette critique est également disponible en podcast audio : Podcasts


Bande annonce Court métrage original en VO

Un commentaire, une réaction, une indignation ?