Enola Holmes : Netflix casse les codes

Début des aventures de la sœur du célèbre Sherlock Holmes. Netflix casse les codes et offre un film surprenant.

Rappel des faits

La petite sœur de Sherlock Holmes se fait abandonner par sa mère le jour de son 16eme anniversaire. Heureusement son intelligence et sa débrouillardise vont nous offrir de belles aventures.

Avec cette histoire originale, Netflix ne fait pas dans le facile ni le réchauffé. Aux commandes de ce film : Harry Bradbeer, plus habitué au monde des séries que du cinéma, mais avec le nombre de récompenses du monsieur, il était presque logique que ce soit Netflix qui lui offre sa plateforme de diffusion pour son film. Coté scénario Jack Thorne, très récompensé lui aussi, adapte le roman La Double Disparition de Nancy Springer sur le premier opus de la série littéraire Les Enquêtes d’Enola Holmes. Et il le fait avec un certain talent.

enolaholmes2
– Tu es journaliste peut-être ?
– Dans une autre vie
Distribution

Devant la caméra Millie Bobby Brown, la petite Onze de Stranger Things est parfaite dans les traits de la sœur du plus célèbre des détectives. Pour Sherlock lui-même, il fallait du lourd, donc on prend carrément Superman, en la personne d’Henri Cavill, qui malgré un rôle secondaire, offre une prestation plus que convaincante. L’inoubliable Helena Bonham Carter de Fight Club ou la série The Crown, joue le rôle de la mère d’Enola et crève l’écran à chaque apparition.

La réalisation est là aussi très soignée. On retrouve en quelque sorte le style des vieux films de Sherlock Holmes des années 70/80. Mais avec une patte moderne et un style narratif singulier mélangeant plein de choses : on a de l’humour, des ellipses, des intertitres, une héroïne qui s’adresse à la caméra, mais surtout un tout maitrisé et dignement encapsulé pour un formatage qui tient parfaitement en haleine.

On zappe ou on matte ?

L’histoire d’Enola Holmes est intéressante, mais aussi très orientée. Il est impossible de parler du film sans évoquer ses côtés politiques et sociologiques. La place de la femme est évidement très présente, dans un Londres de la fin du 19ème siècle, où la parité n’a pas la même résonance qu’aujourd’hui.

De bons acteurs, une histoire riche et bien racontée avec un jeu de piste plutôt complexe et sympathique à suivre. Le tout est mixé au décibel près pour faire plaisir aux fans de séries et de cinéma … franchement que demander de plus ?


Acerbien
  • Interprétation au-delà de la moyenne
  • Histoire palpitante
  • Réalisation singulière et très moderne
Acerbad
  • Franchement pas grand chose …

Notations
  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

Fiche technique
  • Date de sortie : 2020
  • Réalisation : Harry Bradbeer
  • Scénario : Jack Thorne
  • Distribution : Millie Bobby Brown, Henry Cavill, Sam Claflin, Helena Bonham Carter
  • Genre : Aventure
  • Durée : 123 minutes

Brille en société

Ce film n’est pas très bien vu côté famille Conan Doyle. En effet, les ayants-droit portent plainte pour « violation de droit d’auteur et violation de marque » devant le tribunal fédéral du Nouveau-Mexique.

Beaucoup de références au monde de Sherlock Holmes :

  • Dans la nouvelle Le cycliste solitaire, une femme à vélo fuit un homme qu’elle suppose méchant, alors que ce dernier essaye de la sauver. Tout comme les premières scènes d’Enola, même si sa fuite est plus une analogie du film qu’un méchant qu’elle fuit.
  • Sur l’illustration de Sherlock frappant un homme dans un bar, et sans chapeau, contrairement à de nombreux films, fait référence à l’illustration de Paget dans la même nouvelle. Tout comme l’illustration du portrait La pipe était toujours sur ses lèves paru en 1891.
  • L’image d’Enola et Tewksbury assis dans le train est assez ressemblante à l’illustration de Sherlock et Watson dans The Bascombe Valley Mystery ou Silver Blaze.
  • L’art martial que pratique Enola et sa mère est identique à celui de Sherlock, le Bartitsu.
  • Au milieu du film, Enola simule une fausse noyade pour prendre l’avantage sur son adversaire. Tout comme Sherlock simule sa propre mort dans The Final Problem.

Podcast

Cette critique est également disponible en podcast audio : Podcasts


Bande annonce officielle en VOSTFR

2 thoughts on “Enola Holmes : Netflix casse les codes

Un commentaire, une réaction, une indignation ?

%d blogueurs aiment cette page :