Equinox lunaire

Netflix continue ses productions européennes avec une série danoise qui ne parle pas de virus, mais de légende. Hallelujah ou pas ?

Rappel des faits

Une animatrice radio reçoit en direct un appel sur les événements de la disparition de sa sœur et de sa classe entière, vingt et une années plus tôt. Toujours torturée depuis ce jour, elle décide de suivre cette piste et de mener sa propre enquête pour une émission spéciale.

Soulignons en premier lieu les efforts de la plateforme pour proposer et promouvoir une vraie diversité de séries à travers ses pays de diffusion. Quand Disney+, Amazon Prime, AppleTV+ et les autres nous abreuvent de produits quasiment 100% ricains, Netflix réussit à rendre les cultures et les spécificités nationales accessibles au plus grand nombre par le biais de divertissement originaux. Alors, bravo pour ça !

Notons également que le thème très récurent du virus n’est pas présent ! En même temps, il faut avouer que pour les pays nordiques, les mythes et les légendes sont suffisamment nombreux pour ne pas tomber dans la récurrence maladive du thème de 2020.

equinox2
Qui, quoi ?

L’interprétation d’Equinox est assez correcte et plutôt juste. La complexité de la présentation est bien pensée et l’intrigue sait se faire désirer. La réalisation met aussi un certain temps à devenir convenable, les trois premiers épisodes sont longs et le dynamisme est presque réduit à zéro. Le studio de radio est d’ailleurs aussi crédible que Tommy Lee Jones tapant au clavier dans MIB.  Mais malgré des décors simplistes et peu recherchés, la série offre une superposition d’histoires passé/présent plutôt intrigantes et prenantes.

Le problème, c’est que plus on avance dans l’histoire et plus on s’éloigne de la réalité. L’intrigue laisse sa place au surnaturel et surtout à l’irrationnel. Les chemins de notre pseudo héroïne radiophonique sont de plus en plus incompréhensibles et nos décrochages deviennent cycliques .

Mais alors qu’est-il arrivé à l’ensemble des lycéens disparus d’un seul coup il y a 21 ans ? Voilà la question de départ. Mais malheureusement les réponses vont en surprendre et en énerver plus d’un. Personnellement j’ai l’impression de voir le film The Wicker Man avec Nicolas Cage, c’est inutile, chiant et complétement ridicule dans les faits.

equinox3

Cette série nous fait évidement penser à Ragnarök, l’histoire du personnage de Thor, également revue et massacrée par Netflix Danemark Norvège il y a un an. Deux mythes, deux loupés ! Bravo les nordiques ! Il faut aussi souligner les similitudes avec la très bonne série allemande, Dark, sur la complexité des liens entre les protagonistes. Mais aussi sur la ressemblance avec les logos des deux séries. Malheureusement, c’est la lenteur du récit et les faiblesses de la réalisation qui font de ce programme une extravagance difficile à regarder dans sa longueur.

On zappe ou on matte ?

Si nous étions dans le concours de l’Eurovision, je pense qu’on pourrait clairement entendre « Danemark : 0 point ! ». Encore ! Cette série, pourtant relativement bien démarrée se noie, s’embourbe et se suicide à chaque épisode. Et plus avance dans l’histoire et plus le dénouement devient tordu et parfaitement inintéressant. Aussi bien le fond que la forme de la série sont mauvais, j’aurais presque préféré un bon vieux virus qui sort de nulle part et achève tout le monde. La fin aurait été conne, certes, mais regardable.

Avec l’ombre de la troisième saison de Confinement, je pense que beaucoup de séries vont mériter votre intérêt. Alors permettez-moi de retirer celle-ci de votre liste, afin de ne pas vous faire perdre le goût pour de bon.


Acerbien
  • Pas de virus
  • Bonne entrée en matière
Acerbad
  • Histoire tordue et inintéressante.
  • Scènes de nue gratuites

Notations
  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

Fiche technique
  • Diffusion : 30 décembre 2019 – a priori pas de seconde saison 😉
  • Créateur : Tea Lindeburg
  • Distribution : Danica Curcic, Lars Brygmann, Fanny Bornedal
  • Genre : Surnaturelle, thriller
  • Plateforme : Netflix
  • Épisodes :  6 épisodes

Brille en société

Equinox est l’une des séries Netflix à avoir fait le buzz en cette fin d’année 2020. Pourtant les audiences de la série ne reflètent pas réellement ce buzz. Alors coup de com’ de la production ? Aberration des réseaux sociaux ?

Les origines de cette série sont pour une fois plutôt modernes, puisque inspirée d’un podcast et non d’un livre. Véritable succès danois sur la plateforme de podcast d’Apple, Equinox 1985 a été créé par Tea Lindeburg en 1999 sur des événements se déroulant au milieu des années 80. Tea Lindeburg est naturellement la créatrice et la scénariste principale de la série.


Bande annonce en VF

Un commentaire, une réaction, une indignation ?