La Vérité (si je m’endors !)

Noël, c’est l’occasion d’être en famille. Et en ce jour de fête, pourquoi terminer au cinéma … et là, ça peut être le drame !

Un film d’auteur est très souvent lent et décousu. Souvent sur un sujet, en général, social ou sociétal. Après, tous les films chiants et décousus ne sont pas forcément des films d’auteur ! Et, La Vérité de Hirokazu Kore-eda est de cette trempe, une belle merde, déguisée en pseudo-biographie. 

Catherine Deneuve est Fabienne, une actrice à l’aube de sa carrière, qui pense et vit sa vie, autour d’elle et de ses rôles. À l’occasion de la sortie de son livre autobiographique intitulé « La Vérité », elle reçoit sa fille, son gendre et sa petite fille, expatriés aux États Unis, avec lesquels elle entretient très peu de relations.

Parallèlement Fabienne tourne un film avec une actrice montante du cinéma français. Elle y interprète le rôle âgé d’un personnage qui reçoit sa mère à différentes périodes de sa vie, puisque cette dernière vit dans l’espace et donc ne vieillit pas. Ce film dans le film a pour corollaire l’évolution du personnage de Fabienne, par rapport à sa vie, sa fille et tout une multitude de personnages inintéressants qui gravitent autour d’elle.

Ça tourne !

Deneuve est une grande actrice, mais jouer correctement sur une heure et quarante-six minutes n’est a priori plus si facile que ça. Pire ! Elle emmène avec elle la presque totalité de la distribution. Juliette Binoche (Lumir, la fille de Fabienne) est plutôt médiocre dans son rôle et Ludivine Sagnier (autre actrice du film dans le film) est comme d’habitude, pas convaincante du tout. Ethan Hawke, le mari de Lumir, est le seul à jouer à peu près correctement. Peut-être est-ce simplement dû au fait que, comme son personnage, l’acteur américain se demande ce qu’il fait là. Et nous aussi d’ailleurs …

laverite2
Fabienne : « Tu vas y arriver ou pas ? / Lumir : « On s’en fout, tout le monde dort dans la salle … »

Réalisation bas de gamme

L’interprétation n’est pas le seul problème de ce film. La réalisation est elle aussi bas de gamme. Avez-vous récemment vu un fondu au noir, visuel et sonore, de plus de cinq secondes et ce, une dizaine de fois dans un même film ? Ou simplement des scènes longues et interminables sans aucun dialogue ? Assez hallucinant !

Pas besoin de préciser que le montage est lui aussi mauvais. Les scènes sont tellement mal coupées et le collage tellement visible, qu’on a même le temps d’imaginer le réalisateur dire « action » et « couper ». Assez impressionnant quand même !

À déconseiller fortement !

Les notes de l’acerbomètre n’ont jamais étés aussi basses. En même temps, un film de ce niveau permet de mettre en relief les autres merdes que vous avez récemment vues. Au final, elles n’étaient peut-être pas si nulles que ça, comparativement …

La Vérité est un très mauvais film qu’il faut absolument déconseiller. Car vu le prix d’une place de cinéma aujourd’hui, payer pour ça est simplement du vol manifeste !


Acerbien

  • Plus efficace qu’un simple somnifère
  • La Guerre des Mondes n’était pas si nulle, comparativement

Acerbad 

  • Tout est mauvais !!!

  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

  • Date de sortie : 25 décembre 2019 (quel cadeau !)
  • Réalisation : Hirokazu Kore-eda
  • Scénario : Hirokazu Kore-eda
  • Distribution : Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke, Ludivine Sagnier
  • Genre : Drame soporifique, ennuyeux et nauséabond
  • Durée : 106 minutes (318 minutes en ressenti)

Brille en société !

Cette de merde film a été nominée à la Mostra de Venise 2019 et même présentée en ouverture du festival … C’est toujours formidable de voir un métier se glorifier et se congratuler par lui-même, avec des titres et des récompenses que le public n’accepterait jamais de donner ! Quelle honte …


Bande annonce VOSTF officielle

Un commentaire, une réaction, une indignation ?