Martin Eden

Acerbe n’aime pas que les films avec du son qui fait pif paf pouf et de l’image qui fait waouh. Acerbe aime aussi les classiques littéraires adaptés à l’écran. Comme Le seigneur des anneaux ou Harry Po… Ah non, c’est aussi des blockbusters, zut ! Bon, et Martin Eden ? Ça marche ? Et bah un peu que ça marche. Et plutôt pas mal.

Martin Eden est de la trempe de ces jeunes hommes au grand cœur que rien n’effraie. Et pour conquérir le cœur de la jolie bourgeoise Elena, il ne recule devant rien pour s’extraire de sa condition sociale et parfaire sa culture encyclopédique. Au prix d’une détermination sans faille et d’un travail acharné, le beau marin sans éducation parvient au statut d’écrivain de renom. Mais tout ça n’est pas sans conséquence sur l’amour et l’ambition du jeune italien.

« Martin Eden, c’est Jack London », pouvait-on lire chez les critiques américaines qui ont tôt fait de voir dans le grand œuvre de l’auteur de Croc-Blanc un roman autobiographique lors de sa sortie en 1909.
Martin Eden, c’est aussi peut-être Pietro Marcello tant il est tentant de voir dans le réalisateur italien un peu du jeune marin autodidacte.

Comme pour dénoncer le capitalisme et l’individualisme galopants, Pietro Marcello revient à une photographie aux tonalités naturalistes, loin des ambitions numériques et des pulsions scopiques des mastodontes du cinéma d’aujourd’hui. Pour mieux épingler aussi les vanités et les dérives de nos temps modernes.

Il fleure bon une certaine atmosphère surannée, parfumée d’influences picturales du XIXe siècle, chères au réalisateur, qui font de Martin Eden un film d’époque, à l’économie, résolument rafraichissant.

La transposition de son Martin Eden dans l’Italie du XXe siècle montre l’universalité et l’intemporalité de la lutte des classes sur fond de montée du socialisme à Naples, car « c’est la référence la plus proche par ses couleurs, le rapport à la mer et les dynamiques sociales et politiques. »

Sous des airs de témoignage historique et documentaire, le propos est d’autant plus prégnant qu’il est accompagné d’images d’archives qui viennent ancrer le récit dans une réalité napolitaine, en écho improbable mais convaincant au San Francisco de l’œuvre originale.

Primé à Venise et Toronto, gageons que ce joli film contribuera à démocratiser davantage le véritable chef d’œuvre de Jack London dont c’est ici l’une des rares adaptations réussies.


Acerbien

  • Pietro Marcello, récompensé à la Mostra, qui campe un Martin Eden éblouissant.
  • Salut de Joe Dassin qu’on peut entendre quasi-intégralement. C’était quand la dernière fois ?

Acerbad

  • Des longueurs alors que toute l’œuvre originale n’y est pas.

Acerbomètre :


  • Date de sortie : 16 octobre 2019 (2 h 08)
  • Réalisation : Pietro Marcello
  • Distribution : Luca Marinelli, Jessica Cressy, Carlo Cecchi
  • Genre : Drame en Italie

Brille en société !

Martin Eden figure à la 61e place de la liste des cent livres du 20e siècle (qu’il faut lire) publiée par le journal Le Monde. Cocorico : les deux premières places sont occupées par L’étranger (Albert Camus) et À la recherche du temps perdu (Marcel Proust).

 


Bande annonce VO officielle

Un commentaire, une réaction, une indignation ?