To The Lake

Une série russe sur la plus américaine des plateformes, c’est déjà improbable … mais quand cette même série parle de virus, là on touche le Graal !

Rappel des faits

Alors To The Lake est ce genre de série qu’on commence un dimanche après-midi pour la digestion et qu’on termine rapidement tellement c’est bien foutu. Nous sommes sur une pseudo-histoire de zombies, qui sont pas vraiment encore des zombies, mais certains codes sont là. Ajoutons à cela une ambiance sombre et un peu gênante avec les paysages froids et tout blancs du plus vaste état de la planète.

Distribution

En tant que français, nous devons bien avoué que les séries ou mêmes les films russes ne sont pas forcement notre tasse de thé et encore moins un réflexe à la vue de la nationalité du show. Essentiellement au fait que leur culture n’est finalement que très peu importée dans nos contrées. Pourtant il faut bien reconnaitre que l’interprétation générale de To The Lake est parfaitement au niveau. Les décors sont magnifiques et parfaitement adaptés au thème de la série. La réalisation est soignée et l’histoire, malgré une paternité plutôt américaine, est plutôt originale au final.

– Vous êtes d’où ?
– Pripyat !
– Ah merde …
Saison 1

Cette première saison de To The Lake, pose pas mal de questions sur la gestion d’un virus à diffusion rapide et les réactions des autorités et de la population. De plus l’origine du virus trouve une résonance sur la fin, et une résonance pour le coup assez réaliste vis à vis de l’actualité. Peut-être un message à faire passer ?

On zappe ou on matte ?

Tout d’abord merci à toi Netflix de nous faire découvrir des séries du monde entier. Petit bémol tout de même, il serait judicieux qu’elles ne traitent pas toutes du même sujet … Ok, les virus sont dans « l’air » du temps, mais avec The Rain, Biohackers … Ça finit par faire beaucoup. To The Lake est une série à regarder, assez addictive et surtout très bien faite. Cela donne même envie d’être un peu curieux sur les productions au drapeau blanc, bleu, rouge. Alors soyez curieux !


Acerbien
  • Série russe
  • Interprétation sans problème
  • Histoire bien foutue
  • Paysages magnifiques
  • Proposée en version originale russe
Acerbad
  • Quelques longueurs …

Notations
  • Intérêt : 
  • Captivation : 
  • Rythme : 
  • Histoire : 
  • Acerbomètre : 

Fiche technique
  • Diffusion : 14 novembre 2019 – En production
  • Réalisateur : Pavel Kostomarov
  • Distribution : Viktoriya Isakova, Kirill Käro, Aleksandr Robak, Natalya Zemtsova, Maryana Spivak, Yuri Kuznetsov, Eldar Kalimulin, Viktoriya Agalakova, Alexander Yatsenko, Saveliy Kudryashov
  • Genre : Thriller
  • Plateforme : Premier / Netflix
  • Épisodes : 8 épisodes

Brille en société

La série est bien russe … En effet, lors de sa disponibilité sur la plateforme « Premier », l’épisode 5, dans lequel les patients d’un hôpital et tous les civils du village sont exécutés par des hommes qui semblent être des forces de sécurité russe, est supprimé seulement deux jours après. Moins d’une semaine plus tard, l’épisode est réapparu, avec le sixième. Au début de ce sixième épisode, on peut entendre à la radio que des groupes armés illégaux tentent de s’emparer du pouvoir et qu’ils se font passer pour des forces de sécurité afin de rassembler des civils sous prétexte d’évacuation avant de les tuer … Le réalisateur de la série Pavel Kostomarov, déclare qu’aucune image n’a été modifiée. Même le Ministre de la Culture, Vladimir Medinsky, dément les informations selon lesquelles il était impliqué dans la controverse. Il affirme aussi qu' »il n’y a pas de censure dans notre pays … la suppression de l’épisode était de « nature technique ». Et la marmotte ???


Podcast

Cette critique est également disponible en podcast audio : Podcasts


Bande annonce officielle en VO

Un commentaire, une réaction, une indignation ?